Qu’importe ce que nous étions, nous sommes tous des Charlies

16225827731_125b21f2e3_oIl était difficile de passer à côté de cet horrible événement : une attaque terroriste aux locaux de Charlie Hebdo, tuant ainsi 12 personnes, quatre autres sont toujours blessés.

Cette attaque remet la liberté d’expression en question, le travail des journalistes mais aussi le débat envers les musulmans. J’aurais tendance à débattre sur chacune de ces questions, mais je dois dire que je m’en lasse.

Ce qui me déçoit dans cette histoire, c’est qu’on remet toujours la faute ailleurs. D’un côté c’est la faute aux musulmans, qui pourtant n’ont rien à voire avec cette attaque; d’un autre, c’est la faute aux natives, qui osent critiquer les idéologies des autres.

J’entends aussi parler de complot. Ce serait le but des jihadistes de semer la zizanie et de diviser les gens d’une même nation, afin d’arriver à une guerre civile. Le pire, c’est que des gens y croient. De plus, nous donnons tous raison aux jihad, en en parlant autant dans les médias. Eux aussi le voient, et ils sont fiers de voir des peuples pleurer la mort de vie humaines mais aussi de valeurs. Nous donnons du crédit à ces jeunes perdus en continuant de parler de ce drame jours après jours, années après années. Ils ont réussi.

Nous ne vivons pas dans une société droite et juste. On devrait se retourner contre nous même. On regarderait nos enfants qui décrochent à l’école, nos jeunes qui, diplômes en main ne trouvent pas de travail, nos jeunes adultes qui décrochent un travail d’un mois ou deux et puis se font licencier. Où allons nous ? Que faisons nous de ces gens ? Ils se retrouvent perdu, dans la rue, où ils rencontrent quelqu’un qui leur montre une nouvelle raison de vivre, sans ne dévoiler la fin du parcours : tuer. Cette personne aurait pu être l’Etat, mais il ne fait rien d’autre que d’empirer ce fossé des plus et moins jeunes. C’est ce même Etat qui s’acclame de les voir partir faire la guerre en Syrie au nom du daesh, et qui les condamne une fois qu’ils rentrent.

Ce qui se passe aujourd’hui devrait remettre notre propre société en question et non celle des autres. On pourrait aussi se demander comment on est arrivé là. C’est là que je me rappelle du World Trade Center. Avant cet événement, on ne parlait pas de terrorisme, on n’avait pas peur des Arabes et on n’entend pas non plus leur condition de vie. Aujourd’hui, on n’entend parler plus que de ça dans les médias. Mais que c’est il donc passé avant le septembre 2011? Le gouvernement américain a lancé la terreur du terrorisme, et aujourd’hui, 4 ans plus tard, elle a une odeur de guerre.

D’un côté, il y a des personnes qui se plaignent que les Arabes viennent émigrer chez nous, alors qu’eux, ne demandent qu’à ce qu’on leur foute la paix dans leur pays. Ils auraient espéré la même chose dans leur pays d’accueil mais les attaques extrémistes creusent le fossé.

Qu’importe la religion dans laquelle nous avons été élevé, elle existe pour nous donner des valeurs à respecter tout le long de notre parcours. Ces valeurs ne changent guère des religions : apprendre à se respecter et à aider les autres. On a bien sur du mal à suivre ce que nos livres sacrés ont voulu nous apprendre, mais c’est déjà bien d’essayer. L’interpréter est la pire des choses, car c’est caché une partie des faits, pour le moduler selon le désir de l’interpréteur, avec les conséquences que cela pourrait apporter.

A ceux qui croient à la finalité du daesh, je pense que nous sommes dans une société qui se veut soudée. On évitera la guerre civile parce que, avec les musulmans et les catholiques, on apprendra à vivre.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s