Marco Cappi : de la musique pour ouvrir les esprits

Marco Cappi By: Marie Damman
Marco Cappi
By: Marie Damman

Sur la célèbre avenue espagnole la Rambla, un jeune garçon joue d’un instrument peu ordinaire. Il s’agit d’une petite batterie portative, entièrement métallique. Le son que le jeune produit à l’aide de ses deux mains est mélodieux. Les touristes tournent leur tête et les curieux s’arrêtent.

Marco Cappi, cet italien typique aux cheveux bruns et aux yeux de la même couleur est âgé de 23 ans. Il est déjà diplômé d’un bachelier en psychologie. Il s’est maintenant inscrit à un master en neuroscience cognitive et neuropsychologie clinique. Si jeune et si dynamique, et déjà un baccalauréat en main, il ne voulait pas se retrouver trop vite au marché du travail.

« Depuis que je suis enfant, j’ai toujours aimé de voyager. Je remercie mes parents qui m’ont amené dans différentes villes d’Europe. »

Quelques années auparavant, Marco a passé un mois au Mexique, un autre mois en Grande-Bretagne, à Londres. Il a également été en Hongrie, en Autriche, dans les pays Baltes, en république Tchèque, en France, et il a bien sur voyagé en Espagne et en Italie. Il dit qu’il n’a pas encore tout vu. Il prépare de nouveaux voyages.

Avec sa petite batterie, appelée Hang Drum en anglais, (littéralement batterie portative), il parcourt les rues pour jouer de sa musique et rencontrer des gens. Il amène facilement la conversation. Marco a commencé son périple à Barcelone, sur la Rambla.

«  J’ai apporté ma Hang Drum pour apprendre à jouer, pour m’amuser et amuser les autres lors de mes voyages, pour rencontrer des gens, leur sourire et les faire sourire, pour apporter de la joie de vivre dans la vie banale. »

Marco Cappi est persuadé que jouer de la musique peut aider à changer les esprits des passants. Déterminé et toujours souriant, il explique que les gens vivent aujourd’hui dans un monde matérialiste. Ils auraient arrêté de penser aux autres, à ceux qui se retrouvent dans le besoin et qui doivent se battre pour survivre. A travers sa batterie, le jeune italien essaie d’aiguiller la conversation sur des sujets de société pour conscientiser les passants.

Malheureusement, jouer de la musique sur la Rambla n’est pas autorisé par les autorités catalanes à moins d’avoir payé une autorisation spéciale. Des policiers sont donc intervenus pour arrêter le mini-concert.

Marco n’est pas découragé. Toujours avec le sourire et avec une pointe d’humour, il discute avec les policiers avant de s’en aller, pour jouer son Hang Drum plus loin.

«  Je n’ai pas eu d’amendes, je dois paraître un mec sympa. »

Marco a l’ambition d’améliorer la vie des autres par de petites actions. Pour cela, il publie fréquemment sur sa page Facebook « Open Your Mind. Open Your World » (Ouvre ton esprit, ouvre ton monde », des photos et des récits des personnes qu’il rencontre dans la rue.

« Tout ce que nous rencontrons dans notre vie forme notre quotidien. Nous devenons ce que nous pensons, par les expériences que nous vivons et des gens de différents milieux que nous rencontrons. »

Advertisements